024-01/06/1991 : Révolution Française n° 2700 à 2703

Bicentenaire  de  la  Révolution  Française

Dessin  et  Gravure  :  Jacques  JUBERT ( signature )

Impression  :  Taille-douce    Tirage  :  2 451 507 blocs feuillets

1er  jour  le  01 juin 1991          Retrait  le  17  janvier  1992

 

Le  prix  Cérès  de  la  philatélie  1991  est  décerné  à

Jacques  Jubert  pour  ce  bloc-feuillet

 

71 bf 13 01 06 1991 revolution

 

La Tour d’Auvergne

(Théophile Malo Corret de la Tour d’Auvergne : 1743-1800)

Descendant d’un demi-frère illégitime de Turenne, il ajouta à son nom celui de La Tour d’Auvergne en 1771. Appelé à tous les conseils de guerre, il fit constamment le service de général sans vouloir jamais le devenir. Il refusa plusieurs promotions et fut alors nommé « premier grenadier de la République » par Napoléon Bonaparte. Il mourut en juin 1800 au soir de la bataille d’Oberhausen, en Autriche d’un coup de lance dans le cœur.

 

72 2700 01 06 1991 la tour d auvergne

73 2700 01 06 1991 la tour d auvergne

Plantation de  l’Arbre  de  la  Liberté

Les plantations d'arbres de la liberté se multiplièrent à partir de l'été 1792. Le premier texte officiel qui institua la plantation de l'arbre de la liberté est un décret de la Convention Nationale daté du 3 Pluviôse An II (22 janvier 1794) : ce jour de Pluviôse An Second de la République Française une et indivisible. La Convention Nationale décrète que dans toutes les communes de la République Française où l'arbre de la liberté aura péri, il en sera planté un d'ici au premier germinal; elle confie cette plantation et son entretien aux soins des bons citoyens afin que dans chaque commune l'arbre de la liberté fleurisse sous l'égide de la Constitution Française.

 

74 2701 01 06 1991 arbre de la liberte

75 2701 01 06 1991 arbre de la liberte

 

Bicentenaire  de  la Gendarmerie  Nationale

Le mot gendarme vient de l'ancien français « gens d'armes », les hommes d'armes. De la fin du Moyen Âge au début de l'époque moderne, le terme désigne une troupe d'élite de cavaliers fortement armés, de noble naissance, servant dans l'armée française. Cette troupe disparaît à la fin du XVIIIe pour des raisons d'économie. L'expression a acquis une connotation nouvelle après la Révolution française, lorsque la maréchaussée de l'Ancien Régime, qui exerçait les missions de police a été rebaptisée « gendarmerie nationale » en 1791 car elle n'est plus au service du roi mais de la nation. Les révolutionnaires lui suppriment sa fonction judiciaire pour ne garder que sa fonction policière.

 

76 2702 01 06 1991 gendarmerie nationale

77 2702 01 06 1991 gendarmerie nationale

Saint-Just   (  1767-1794 )

 Fils d'un capitaine bourguignon, Louis Antoine Saint-Just étudie et écrit des vers quand la Bastille est prise. S'enthousiasmant pour la Révolution et pour Robespierre, il doit attendre la chute de la monarchie pour être élu député de l'Aisne. Il lui reste alors moins de deux ans à vivre. Énergique, Saint-Just donne toute sa mesure aux armées où il rétablit la discipline et assure les approvisionnements par des réquisitions forcées et des sanctions en tous genres. Il sauve la Révolution avec la victoire de Fleurus le 26 juin 1794... Un mois plus tard, il est arrêté et guillotiné ainsi que Robespierre et quelques autres.

 

78 2703 01 06 1991 saint just79 2703 01 06 1991 saint just80 2703 01 06 1991 saint just

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 30/03/2019